Un plan vélo sincère, structuré et financé

Mis en avant

Aidez-nous à obtenir un plan vélo !

Envoyer une carte postale numérique

Vous avez répondu au baromètre “Parlons Vélo” et nous vous en remercions.

Grâce à la massivité de vos 113 009 réponses, nous avons obtenu des engagements forts de la ministre des Transports : “un plan vélo sincère, structuré et financé” (voir la vidéo).
Mais maintenant que cet engagement est acquis, il est nécessaire d’aider la ministre à obtenir l’arbitrage auprès du Premier ministre et du Président de la République.

Nous avons axé nos propositions sur 3 demandes (en savoir plus) :

  1. Un fonds national vélo de 200 millions d’euros par an

  2. L’indemnité kilométrique vélo généralisée

  3. Le retour du bonus pour les vélos à assistance électrique (VAE)

Pour ce faire, nous vous proposons une action simple : envoyer des cartes postales à vos député·e·s et sénateurs·trices pour leur demander de plaider en faveur d’un tel financement.

Pour envoyer des cartes postales numériques, c’est très simple, cliquez sur la carte ci-dessous :

Pour amplifier la mobilisation, vous pouvez également poster la carte sur les réseaux sociaux.

Grâce à votre mobilisation, nous allons vers un avenir où chacun pourra pédaler en sécurité !

Un grand merci !

Olivier SCHNEIDER

Président de la FUB

Retrouvez-nous sur facebook, twitter et sur les sites www.parlons-velo.fr et www.fub.fr

Share

Challenge “à vélo au boulot” !

Mis en avant

En mai, à Brest métropole (voire dans le Pays de Brest), le challenge “à vélo au boulot” mettra en avant les déplacements travail-domicile en vélo et encouragera les brestois à tenter l’expérience durant un mois.

Les bénévoles de Trégor Bicyclette (membre de la FUB), l’association locale à Lannion et dans les environs a mené depuis 2 ans un challenge ‘A vélo au boulot’ répondant au doux nom de « Marc’h-houarn Challenge ». Il visait à faire tester le vélo-boulot à un maximum de personnes, sur un mode le plus inclusif possible, et strictement vélo utilitaire (un trajet à vélo = 1 point, peu importe le nombre de kilomètres).

Leur défi a eu son petit succès au niveau local, avec 50 000 km parcourus et environ 500 participants chaque année, dont une part importante de personnes qui n’avaient encore jamais testé le vélo-boulot !

Pour faire grossir cette initiative en 2018 et mettre un peu de sel à cette nouvelle édition, ils envisageaient de l’élargir au niveau régional pour en faire un Challenge breton, et c’est pour cela que BaPaV a été sollicité en tant que membre des associations bretonnes (aka FUB Breizh) et idem pour Kernavélo (à Quimper).

 

En quelques points, voici les infos essentielles sur ce projet :

  • Durée : de mi-mai à mi-juin, sur 5 semaines environ
  • Trois défis sur les 5 semaines :

– Défi global : faire tous ensemble le plus de km à vélo

– Défi par équipe : faire marquer le plus de point à son équipe (1 point par trajet effectué à vélo, 2 points par trajet si le participant n’a jamais testé le vélo-boulot auparavant). Une équipe peut être une entreprise, une collectivité, une association, un établissement public ou un service pour les très grosses entreprises.

– Défi individuel : chaque participant tente de faire le plus de trajets à vélo (max. 1 point par jour)

Trois tirages au sort sont organisés pendant l’événement pour récompenser les participants au fil du défi. Le dernier tirage récompense également les équipes ayant marqué le plus de points / ayant eu la plus forte participation par rapport à l’effectif total.

Un défi photo permet aux participants de rapporter des points à leur équipe en s’amusant.

 

Les bénévoles de Lannion nous apportent leur aide technique pour la mise en place du site web régional permettant de déclarer les trajets à vélo, la réalisation des pages de présentation des résultats (individuels, par équipe et par ville). BaPaV se chargera de gérer l’animation et la promotion (communiquer sur le défi pour aider à l’inscription des participants, rappel des dates, mobilisation des troupes, organisation d’événements pour animer, etc.).

Les inscriptions officielles pour le challenge débuteront à partir du lundi 23 avril 2018, vous pourrez commencer à renseigner vos trajets à partir de cette date pour “le Tour de Chauffe” !

 

Petite présentation pour donner envie de participer :

Aller “à vélo au boulot” en mai-juin 2018 c’est à Brest, Quimper et Lannion : faites passez l’info. !

En attendant, n’hésitez pas, dès maintenant à prendre connaissance des règles du challenge et à en parler autour de vous.

Share

Horaires supplémentaires à l’atelier et cours de mécanique

Mis en avant

Gros changement à BaPaV ce mois-ci. Sentant une ferveur bénévole pour ouvrir plus souvent notre superbe atelier sur des horaires différents l’association a décidé de sauter le pas. Désormais tous les samedis de 15h à 18h et tous les mercredi de 18h à 21h l’atelier sera ouvert par des bénévoles. Et là vous vous dites mais c’est génial je n’avais pas le temps de passer en après-midi en semaine, je vais pouvoir remettre mon fidèle destrier en état de marche et vous avez bien raison. Cependant dans tout ça, il y a un mot important : BÉNÉVOLE. Il faut donc des gens disponibles et motivé.e.s pour tenir ces permanences, si ça vous dit toutes infos et le lien pour s’inscrire sont sur cette page

Si vous voulez tenir l’atelier mais sentez que vous êtes trop limité.e.s techniquement et bien pas de soucis les cours de mécaniques sont là pour ça. En 4 séances d’1H30, tous les lundis des semaines paires de 18H30 à 20H, nous verrons ensemble les bases de la mécanique cycle pour que vous soyez aptes à apprendre à d’autres. Ces leçons sont gratuites pour les adhérent.e.s qui s’engagent moralement à venir de temps en temps sur les créneaux bénévoles. Pour les autres les mêmes tarifs que la vélo-école sont appliqués (30€/module en tarif normal, la moitié en tarif réduit). Les places sont limitées donc inscrivez-vous vite! Pour ce faire vous pouvez passer à l’atelier ou nous envoyer un mail : contact@bapav.org.

Enfin pour apprendre à réparer ça peut être bien de savoir démonter d’abord. On vous propose donc un apéro-démontage tous les lundis des semaines impaires de 18H30 à 20H. L’objectif : démonter des vélos donnés qui n’ont plus d’espoir d’être réparés mais dont les pièces détachées peuvent servir pour d’autres vélos. Ramenez à boire, à manger, de la musique…pour faire ça dans la bonne humeur.

Tout ça a commencé le samedi 3 mars grâce à Loïc, notre premier bénévole à assurer une permanence.

Share

Deux stagiaires – jeunesse et remue-méninges à BaPaV…

Manu, étudiant en troisième année d’économie-gestion, nous rejoint pour deux mois, pour réfléchir sur le modèle économique de la vélo-école.

Romain, étudiant à l’Institut de GéoArchitecture, nous rejoint pour 5 mois à temps partiel, pour une réflexion sur les aménagements cyclables et piétons sur Brest métropole. L’autre moitié de son stage portera sur la politique de promotion des dépalcements doux à l’UBO (stage co-porté par l’UBO et BaPaV).

Bienvenue à eux !

Share

Retour sur l’Assemblée Générale

Un nouveau Conseil d’Administration

Le conseil d’administration mouture 2018 se compose de 11 membres  :

Cécilia Laurent, Maëtte Lanuzel, Jérôme Sawtschuk, William Le Bouquin, Sébastien Guerri, Philippe Morvan ont été réélu.e.s ; Marie-Nicole Fayet, Pierre Lesvenan, Maël Michon, Mélanie Meslin, et Lola Jacques-Rémy rejoignent l’équipe.

Nous remercions Charles André, Alain Lasseigne, Stéphane Faure, Emma Frostin, Annie Callac et Thierry Terre que nous continuerons de croiser lors des diverses activités BaPaV.

Le passé et le futur :

La journée fut l’occasion de revenir sur l’année 2017 :
lancement de nouveaux projets : actions auprès du public scolaire et en direction des entreprises – au titre du Contrat d’Objectifs Territoire Énergie Climat (COTEC) conclu entre Brest Métropole et l’ADEME, étude sur le projet de création d’une Maison des Mobilités (toujours dans le cadre du COTEC), Projet Vélo UBO à The Roof, participation à la démarche Plan Piéton,  etc.

continuer la promotion des déplacements doux via des mobilisations citoyennes : le Mouvement de Libération des Trottoirs (actions bas de Siam et le haut Jaurès), etc. aura été une action exemplaire dans ce sens. Le CA a également décidé de se ré-engager dans le collectif pour la sauvegarde de la vallée du Restic pour s’opposer au développement d’une infrastructure routière supplémentaire qui faciliterait la circulation automobile et détruirait une vallée.

le développement de services favorisant la pratique du vélo : l’atelier vélo participatif est une réussite et un groupe de MécaVoles s’organise, la vélo-école demande encore une meilleure communication et organisation et le groupe de VéloEcoVoles réfléchit !

Les différents rapports sont disponibles ici.

Afin de contribuer à accroître l’auto-financement de l’association (financée en 2017 pour moitié par Brest métropole, puis par l’État, la Région, les cotisations et enfin les ventes de vélos/pièces), l’assemblée générale, sur proposition du Conseil d’Administration sortant, a voté une augmentation des tarifs d’adhésion. Ils sont dès lors de :

  • 5€ étudiant.e.s et personnes à faibles revenus (pas de changement)
  • 20€ ou 15 Heol tarif classique
  • + 5€ ou 5 Heol par membre supplémentaire pour une adhésion foyer (coloc’, famille)
  • 50€ adhésion structure (pas de changement)

En 2018, l’association continuera ses actions auprès du public scolaire et des entreprises,  ses services vélos, ainsi que ses actions militantes pour les déplacements actifs (cf. Plan d’actions ici). Nous espérons que le renouvellement de notre conventionnement avec Brest métropole, le renouvellement de la Délégation de Service Public Mobilités et l’élaboration du Plan Piéton de Brest métropole, la réflexion autour de la création d’une Maison des mobilités, et la mise en œuvre du Plan vélo national en cours d’élaboration par le gouvernement, contribueront à pérenniser et développer ces actions pour tous les publics.

Procès Verbal de l’Assemblée Générale ici : PV_AG

La journée a continué avec une présentation/débat autour du livre “Moins d’auto pour aller au Boulot” de Corentin Le Marthelot, puis une présentation des chiffres du Baromètre Cyclable. Le groupe s’est ensuite divisé entre un atelier de discussion autour des politiques cyclables et piétonnes de la métropole en présence de Yann-Fanch Kerneis, élu de la métropole chargé des Mobilités Actives (compte-rendu ici), et une balade dans la Vallée du Restic en compagnie du Collectif pour la sauvegarde de la Vallée.

A bientôt !

Share

Résultats du baromètre cyclable pour Brest

Vous avez participé à l’enquête nationale “Baromètre des villes cyclables” à l’automne 2017 et nous vous en remercions vivement. Au total, plus de 113 009 réponses ont été enregistrées, faisant de ce Baromètre la plus grande enquête sur la cyclabilité jamais réalisée en France. Les résultats obtenus ont été présentés au Congrès de la FUB, le 16 mars dernier. A cette occasion, la ministre en charge des déplacements Elisabeth Borne a transmis aux congressistes une vidéo ‘la petite reine doit grandir’ dans laquelle elle annonce un plan vélo sincère, structuré et financé.
Au palmarès des villes de 100 000 à 200 000 habitant.e.s figurent Angers (3ème), Dijon (2ème) et Grenoble (1ère). Qu’en est-il de Brest ?

Profil des répondant.e.s
591 répondant.e.s ont évalué le territoire de Brest. Il s’agit majoritairement d’hommes (65 %), âgés de 25 à 64 ans et cyclistes au quotidien. Leur motif de déplacement le plus important est de se rendre au travail ou à l’école. Les achats et visites viennent en deuxième, suivis du tourisme. Si 69 % des répondant.e.s estiment avoir un niveau “bon” voire “expert”, 87 % préfèrent tout de même circuler séparément du trafic motorisé.

Des points positifs et … des progrès à faire.
Les répondant.e.s ont mis en valeur plusieurs éléments favorables à la pratique du vélo à Brest. Les rues résidentielles y sont sécurisantes, il est facile de réparer ou faire réparer son vélo (en magasin ou atelier) et les directions sont relativement bien indiquées pour les cyclistes. Les relations entre cyclistes et piéton.ne.s semblent également apaisées.

Pour autant, la métropole finistérienne se voit attribuer la note globale E « Plutôt Défavorable », dans la catégorie des villes de 100 000 à 200 000 habitant.e.s ( les résultats étant gradués de A+ à G, de « Excellent » à « Très défavorable »). Et, elle est classée 15e sur 29 dans la catégorie des villes de 100 000 à 200 000 habitant.e.s.
Parmi les points à améliorer, les répondant.e.s pointent la location de vélo à développer, et le manque d’itinéraires bis lors de travaux. A l’instar de nombreuses villes, c’est surtout la discontinuité cyclable qui est décriée. D’ailleurs 83 % des répondant.e.s préconisent un réseau cyclable complet et sans coupure pour améliorer la situation à Brest.

 

Malgré des résultats différents, Brest et Dijon ont des points communs :

  • Les 2 villes ont acheté leur tramway ensemble en 2009. Le retour du tramway en France, depuis les années 1985, ne s’est pas fait de la même façon dans toutes les agglomérations, néanmoins il répond une volonté de favoriser les transports collectifs et ce, après une période de recul marqué dans toutes les villes de province. Le tramway s’inscrit aussi dans les politiques de reconquête urbanistique et de réaménagement des espaces publics. Souvent, les piétons et les cyclistes en ont bénéficié car il leur a permis de circuler de façon plus agréable au sein d’espaces apaisés.
  • Lors de son assemblée générale annuelle la Fédération française des Usagers de la Bicyclette, décernait le prix du “Clou rouillé” à la ville la moins cyclable et le prix du “Guidon d’or” à celle qui était la plus favorable aux déplacements à vélo (cf. le palmarès 2016). Les usagers cyclistes pouvaient proposer la candidature de leur ville. En 2000, la FUB (appelée Fubicy à cette époque) a décerné un “clou rouillé” à la ville de Dijon. C’est donc après 18 années d’engagement en faveur de la mobilité à vélo, qu’elle monte sur la seconde marche du podium. La vice-présidente de Dijon Métropole présente à la cérémonie de remise des prix a par ailleurs rendu le clou rouillé à Olivier Schneider le président de la FUB. Quant à Brest, qui a été nommée “vice clou rouillé” en 2008, qu’en sera-t-il 18 ans plus tard ? En 2019, un.e élu.e de Brest montera-t-il.elle fièrement sur l’estrade du congrès de la FUB pour recevoir un trophée et rendre son clou rouillé ? Nous l’espérons !

Tous les résultats du baromètre sont consultables sur le site parlons vélo et synthétisés dans ce document.

Rendez-vous en 2019 pour la deuxième édition du Baromètre des villes cyclables, qui permettra d’évaluer les progrès accomplis.

 

Note : dans le Pays de Brest, seules les villes de Brest et de Plouzané ont atteint le seuil de réponses nécessaires pour être recensées. Vous pouvez aussi consulter les résultats de Brest en ce qui concerne l’enquête BaPaV dans le cadre du projet Brest-Kiel et les résultats du baromètre national pour Plouzané.

Et, à lire : un article au sujet des ateliers participatifs sur le site de L’heureux Cyclage.

Share

Résultats du baromètre cyclable pour Plouzané

Vous avez participé à l’enquête nationale “Baromètre des villes cyclables” à l’automne 2017 et nous vous en remercions vivement. Au total, plus de 113 009 réponses ont été enregistrées, faisant de ce Baromètre la plus grande enquête sur la cyclabilité jamais réalisée en France. Les résultats obtenus ont été présentés au Congrès de la FUB, le 16 mars dernier. A cette occasion, la ministre en charge des déplacements Elisabeth Borne a transmis aux congressistes une vidéo ‘la petite reine doit grandir’ dans laquelle elle annonce un plan vélo sincère, structuré et financé.
Au palmarès des villes de moins de 20 000 habitant.e.s figurent Sélestat (3ème), La Flèche et Sceaux (1ers ex aequo). Qu’en est-il de Plouzané ?

Profil des répondant.e.s
56 répondant.e.s ont évalué le territoire de Plouzané. Il s’agit majoritairement d’hommes (61 %), âgés de 25 à 75 ans et cyclistes au quotidien. Leur motif de déplacement le plus important est de se rendre au travail ou à l’école. Le tourisme arrive en deuxième, suivi par les achats et visites. Si 75 % des répondant.e.s estiment avoir un niveau “bon” voire “expert”, 93 % préfèrent tout de même circuler séparément du trafic motorisé.

Des points positifs et … des progrès à faire.
Les répondant.e.s ont mis en valeur plusieurs éléments favorables à la pratique du vélo à Plouzané. Les grands axes sont jugés sécurisants : Plouzané est classée 3ème sur les 89 communes de moins de 20 000 habitant.e.s sur cette question, avec la note de 3,9 / 6. En outre, les vols de vélos sont plutôt rares et on trouve des itinéraires cyclables rapides et directs.

En revanche, les répondant.e.s pointent le manque d’itinéraires bis lors de travaux et le fait que, comme dans la plupart des communes de cette catégorie, louer un vélo ne soit pas facile. Les répondant.e.s préconisent de renforcer le réseau cyclable pour qu’il soit complet et sans coupures, notamment grâce à la mise en place double-sens cyclables. L’entretien du réseau est aussi proposé pour améliorer la situation à Plouzané.

Au total, Plouzané se voit attribuer la note globale D « Moyennement Défavorable »,  les résultats étant gradués de A+ à G, de « Excellent » à « Très défavorable ». Et, elle est classée 9e sur une centaine dans la catégorie des villes de moins de 20 000 habitant.e.s.

 

Comme nous le confiait Yann-Fañch Kerneis (conseiller municipal de la ville de Plouzané, présent lors de notre AG du 24 mars), les conditions de cyclabilité à Plouzané sont en partie le résultat d’une démarche d’un élu précédent. Il était cycliste et a été moteur d’améliorations dans le domaine des mobilités sur la commune. Il s’agit là d’un exemple (que l’on retrouver aussi ailleurs) où une personne de la collectivité sensibilisée aux déplacements doux et actifs peut réellement influer sur la politique cyclable de la ville. Nous souhaitons que plus d’élu.e.s suivent cette démarche afin de permettre aux habitants de tester d’autres types de déplacements que la voiture au sein d’une ville apaisée.

Tous les résultats sont consultables sur le site parlons vélo et synthétisés dans ce document.

Rendez-vous en 2019 pour la deuxième édition du Baromètre des villes cyclables, qui permettra d’évaluer les progrès accomplis.

Note : dans le Pays de Brest, seules les villes de Brest et de Plouzané ont atteint le seuil de réponses nécessaires pour être recensées. Vous pouvez aussi consulter les résultats pour Brest.

Et, à lire : un article au sujet des ateliers participatifs sur le site de L’heureux Cyclage.

Share

La ville – les conférences à l’UBO – second semestre

Commerce électronique, commerce connecté, dans une ville hypermobile, est-ce la seule évolution envisageable ?


13 mars 2018 18h

Faculté des Lettres et des Sciences humaines, salle B001 /Yves Moraud.

Intervenant : René-Paul Desse

Résumé :

Le commerce électronique ou e-commerce, ou commerce connecté si on intègre tous les achats et les sollicitations des grandes enseignes via nos téléphones portables, a véritablement décollé à partir des années 2007-2008. Son essor n’est pas sans inquiéter le monde du commerce sans que l’on sache trop jusqu’où ce secteur ira en termes de parts de marchés : 20 à 25% de la valeur des achats en France, en 2020-2025 ?
Dans cette nouvelle configuration qui évoluera étroitement en lien avec nos comportements d’achat et de mobilité, il sera aussi question de l’affaiblissement des territoires « traditionnels » du commerce que sont le commerce de centre-ville, qui subit depuis peu une vacance commerciale importante, et le commerce de proximité, face au renforcement de certains pôles périphériques.
Allons-nous vers un recentrage sur une certaine proximité, en redécouvrant les commerces de quartier ou en utilisant les livraisons à domicile, ou allons-nous poursuivre voire augmenter nos pérégrinations à l’échelle des agglomérations françaises, d’un centre commercial à un autre ?
La question peut aussi être posée différemment avec la prise en compte de la problématique « changements climatiques ». Ne va-t-elle pas changer la donne ? L’hybridation du commerce (commerce physique et commerce connecté associés) ne serait-elle pas une voie possible ?
Vous trouverez les dates des 2 autres conférences sur le thème de la ville et de divers sujets passionnants dans le livret du second semestre.

Nous vous rappelons que le livre “Comment la France a tué ses villesd’Olivier Razemon fait partie de la bibliothèque partagée de BaPaV.

Share

Assemblée générale 2018, le 24 mars au PL Guérin dès 9h30

Vous êtes tout.e.s convié.e.s à l’assemblée générale 2018 de Brest à Pied et à Vélo !

 

Chère adhérente, cher adhérent,

Nous avons le plaisir de vous convier à participer à l’assemblée générale de notre association qui aura lieu :

le samedi 24 mars 2018 de 10 h à 17 h

au sein du Patronage Laïque Guérin, situé au 1 rue Alexandre Ribot à Brest

A cette occasion, un nouveau conseil d’administration sera élu ; contactez-nous si vous souhaitez candidater. Pour voter, il faut être à jour de cotisation et âgé de plus de 16 ans. En cas d’absence, vous pouvez déléguer votre pouvoir (cf. document joint).

L’ordre du jour retenu est le suivant :

  • Rapport moral et financier des co-présidents ;

  • Approbation des comptes 2017 et du budget 2018 ;

  • Vote du tarif de la cotisation annuelle avec modification du tarif et des catégories ;

  • Renouvellement de mandats des membres du Conseil d’Administration

Une assemblée générale ordinaire aura lieu à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire. Sur le site de BaPaV, vous pouvez consulter les statuts actuels : http://www.bapav.org/wp-content/uploads/2013/10/StatutsBapav2015.pdf

Et, sur la page suivante :

http://www.bapav.org/presentation-de-bapav/vie-associative-toutes-les-reunions-les-temps-dechange/

vous pourrez prendre connaissance des modifications proposées ainsi que des autres documents relatifs à la vie associative.

Nous poursuivrons la journée avec un repas partagé façon « auberge espagnole », une conférence centrée sur les aménagements puis il y aura une balade à vélo et en parallèle pour les autres la possibilité de continuer à travailler / débattre.

Le programme complet se trouve ci-dessous :

9h30 Café/thé

10h – 12h Assemblée Générale Extraordinaire et Ordinaire

12h – Repas partagé des adhérents et temps de repas-réunion du nouveau CA

14h – 15h Table ronde sur le thème des aménagements cyclables avec Corentin Le Martelot, auteur de « Moins d’auto pour aller au boulot » et résultats pour Brest du baromètre des villes cyclables.

15h – 17h Au choix : balade à vélo dans la vallée du Restic* ou continuation de la discussion (si les conditions météorologiques sont défavorables, le parcours sera modifié.)

18h Concert de percussions sur bicyclette – “Percucycle” dans le cadre de l’exposition Brest-Kiel – REPORTE LE 22/03/18 AU BEAJ KAFE –

D’autre part, nous vous rappelons qu’il y a des listes d’échanges entre adhérents permettant de discuter de :

  • l’organisation de l’atelier vélo : mecavoles@bapav.org

  • la vélo-école : velo-ecovoles@bapav.org

  • et de toutes les autres activités bénévoles : bapavoles@bapav.org

vous pouvez vous y inscrire en écrivant à nomdelaliste-request@bapav.org.

Au plaisir de vous retrouver ou de vous rencontrer et de partager ce moment avec vous, à pied et à vélo, kenavo ar wech all !

Les co-présidents de BaPaV

Sébastien Guerri

William Le Bouquin

Jérôme Sawtschuk

Nous vous prions de bien vouloir noter que contrairement à ce qui était annoncé dans le courrier postal (dont vous trouverez la copie ci-dessous et envoyé à 540 foyers), le concert “Percucycle” n’aura pas lieu le 24 au soir : il est annulé et les artistes nous informent que ce sera pour une autre fois, dans un autre lieu, dans une autre période… A suivre.

De plus, l’AG extraordinaire aura lieu à 10h avant l’AG ordinaire qui se tiendra à 10h30.

Les nouveaux adhérents (à partir du 18/02/2018) n’ayant pas reçu de courrier postal comprenant un exemple de pouvoir pour les votes de l’Assemblée Générale et qui ne pourront pas se joindre à nous, peuvent remplir ce document et venir nous le déposer à l’atelier ou nous l’envoyer par courrier avant le 24 mars.

Share

Brest – Kiel, l’exposition au Beaj Kafé

Vous avez répondu à l’enquête de cyclabilité diffusée en 2017, vous avez suivi les aventures d’Emma et Gwen à Kiel et ailleurs, voici une information qui peut vous intéresser :

Brest – Kiel, 2 cyclables

Initié par deux Brestois aventuriers et créatifs, le projet Brest-Kiel, 2 cyclables réunit mobilité et écologie. Ce travail questionne l’utilisation quotidienne d’un mode de déplacement pratique et peu polluant : le vélo.

Au mois de novembre 2016, Emma et Gwenolé hébergent Anne-Sophie, une jeune Allemande originaire de Kiel. Découvrant l’existence d’un jumelage entre Brest et cette ville portuaire de la mer Baltique, ils décident d’y voyager. À la rencontre des habitant·e·s, des militant·e·s vélo et des artistes, ils recueillent témoignages et matières poétiques. Ce reportage met ainsi en perspective leur expérience d’usagers de la bicyclette à Brest et ces investigations menées à Kiel.

Présentée au Beaj Kafé, cette exposition est le fruit de cette virée au nord de l’Allemagne, effectuée avec les moyens du bord. Elle s’envisage comme une création transversale documentée, un objet culturel multiple.

Emma et Gwen vous invitent au vernissage de leur exposition Brest – Kiel, 2 cyclables qui se tiendra le vendredi 9 mars à partir de 19h au Beaj Kafé (51 rue Branda à Brest).
 
ANNULE : Rendez-vous aussi le jeudi 22 mars à partir de 18h pour une proposition sonore inattendue : Percucycle (percussions sur bicyclette…)
 
L’exposition sera accessible jusqu’au jeudi 29 mars, soyez les bienvenu.e.s !
 

Avant leur départ, un questionnaire concernant la  cyclabilité à Brest a été diffusé et la participation était possible du 15 juin au 15 octobre 2017. Celui-ci se base sur le Fahrradklima Test, une enquête de la fédération allemande ADFC qui a fait ses preuves depuis plus de 10 ans et qui a recueilli les réponses de 120 000 participants dans plus de 500 villes d’outre-Rhin lors de l’édition 2016. Pour Brest, 310 personnes y ont participé et 209 personnes disent choisir le vélo comme mode de déplacement principal en ville “parce que c’est plus écologique” CQFD.

Les résultats, les commentaires et les différentes propositions d’amélioration des conditions cyclables issues du questionnaire pour la ville de Brest en 2017 sont disponibles sur le site d’Emma et Gwenolé:

Diffusion, réponses et compilation des données sont le fruit d’un travail collectif entre bénévoles de l’association.
Et vous pouvez imprimer et plier ce superbe fanzine :
 

 

Share