Bapav recrute son nouveau.elle chargé.e de projets vélo-école et mobilités actives

Nous recherchons notre chargé.e de projets vélo-école et mobilités actives, son rôle principal sera d’assurer la gestion, le développement et l’animation de la vélo-école, avec en particulier la mise en place du « Savoir Rouler à Vélo ». Il ou elle pourra se voir confier l’animation et la gestion de l’atelier en soutien des bénévoles, l’événementiel, la communication. Il ou elle contribuera également à la vie associative.

La personne que nous recherchons doit :

  • pratiquer le vélo au quotidien,
  • être motivé.e par la promotion de la marche et du vélo avec une vision compatible avec celle de la FUB.
  • avoir une expérience réussie de la vélo-école (Le CQP-EMV est fortement souhaité),
  • avoir le goût du contact humain et de la pédagogie,
  • être autonome en gestion de projets.

Nous prendrons en compte les compétences en communication sur les réseaux sociaux et l’administration de site web, la connaissance du fonctionnement associatif, la connaissance du milieu associatif et  institutionnel local, l’expérience du travail avec des bénévoles.

Le poste  est un CDI à l’indice minimum de 300 de la convention collective de l’animation. Il est à pourvoir à partir du 24 août 2020.

Candidatures à adresser avant le 30 juin 2020 à Emmanuelle Munoz, coordinatrice de l’association : emmanuelle@bapav.org

Pour tous renseignements complémentaires contacter le : 06 59 75 70 84

Sortie du confinement : le ministère de la Transition écologique et solidaire annonce un plan de 20 millions d’euros pour faciliter la pratique du vélo

Extrait du communiqué du ministère :

Afin d’aider et d’inciter les Français à avoir recours au vélo pour leurs déplacements pendant la période de déconfinement, le ministère de la Transition écologique et solidaire mobilise 20 millions d’euros dans le cadre du programme de certificat d’économie d’énergie « Alvéole ». Ce plan sera déployé en partenariat avec la Fédération des Usagers de la Bicyclette (FUB) et comprendra :

– Un « coup de pouce réparation vélo » avec une prise en charge exceptionnelle jusqu’à 50 euros d’un montant hors taxe pour la remise en état d’un vélo au sein d’un réseau de réparateurs référencés. La sortie du confinement peut être l’occasion pour des Français propriétaires d’un des 30 millions de vélo existants de faire des réparations pour circuler en sécurité. Le prix moyen d’une réparation varie selon l’ampleur des opérations à réaliser (changement de chaîne, frein, pneu, dérailleur…), mais une prise en charge à hauteur de 50 euros HT permet de couvrir une partie importante des frais. La liste des réparateurs engagés dans la démarche sera accessible sur une plateforme en ligne disponible prochainement.

– Une prise en charge jusqu’à 60% des coûts d’installation de places de stationnement temporaire pour vélo.

– Des formations gratuites “coup de pouce remise en selle” pour apprendre à circuler en sécurité : de 1 à 2 heures d’apprentissage, individuellement ou en petit groupe, avec un moniteur expérimenté. La liste des moniteurs agréés sera accessible sur la même plateforme que le “coup de pouce réparation”.

– Ce plan s’accompagne d’une accélération de la mise en place du forfait mobilités durables : le MTES prévoit l’adoption dans les prochains jours du décret d’application dans le secteur privé de la loi d’orientation des mobilités pour permettre la mise en place du forfait mobilités durables le plus rapidement possible. Ce forfait permet aux employeurs de prendre en charge jusqu’à 400 euros les frais de déplacement de leurs salariés sur leur trajet domicile-travail effectué à vélo (ou en covoiturage ou à l’aide d’autres services de mobilité partagée).

Aménagements cyclables temporaires – Urbanisme tactique – Dé-confinement

Le 22 Avril avait lieu un webinaire organisé par le CEREMA sur le sujet Aménagements cyclables temporaires et confinement. BaPaV y assistait.

Aménagement provisoire de la Croix de Chavaux à Montreuil pour tester l’opération La place est à nous

Dès le lendemain BaPaV rencontrait des représentants de Brest Métropole pour évoquer le rôle des modes de mobilité active (marche, vélo) dans les phases de confinement et de dé-confinement, et sur la possibilité de mettre en place des aménagements temporaires faciles à modifier s’ils ne donnent pas satisfaction.

La question se pose pour plusieurs raisons :

  • Distanciation sociale (beaucoup d’usagers des transports en commun, voire du co-voiturage, vont craindre la proximité avec les autres usagers, et risquent de se reporter sur l’auto-solisme, or la marche et surtout le vélo sont les meilleurs modes de déplacement pour assurer cette distanciation).
  • Réduire la vitesse (on constate pendant cette période de confinement où la circulation automobile s’est effondrée que les rares automobilistes restant roulent en moyenne plus vite, en respectant moins les autres usagers ; ce comportement peut entraîner une augmentation des accidents avec une surcharge des urgences, déjà sollicitées par le CoViD-19)
  • Réduire la pollution (un report massif des transports en commun et du covoiturage vers l’autosolisme amènerait une forte augmentation de la pollution, surtout en cette période où les épandages agricoles augmentent déjà le niveau des particules fines ; or la pollution atmosphérique est un facteur de risque pour le COVID-19)
  • Réduire la sédentarité (le confinement a eu pour effet d’aggraver la sédentarité, qui est un facteur de risque pour les maladies chroniques qui sont elles mêmes un facteur de risque au COVID-19)
  • Économies pour les ménages (dans un contexte de crise économique la marche et le vélo sont les modes de déplacement les moins coûteux pour les ménages mais aussi pour la collectivité)
  • Transformer une catastrophe en opportunité (les deux tiers de français déclarent qu’ils utiliseraient volontiers le vélo pour leurs trajets domicile travail si les conditions, particulièrement de sécurité, le leur permettaient ; l’effondrement du trafic automobile pendant le confinement constitue une opportunité de ré-affecter l’espace libéré par les voitures, sachant qu’une voie vélo de 2 mètres permet d’écouler près de trois fois plus d’usagers qu’une voie auto de trois mètres )

Les propositions de BaPaV (libérer les trottoirs pour faciliter les croisements, élargir virtuellement les trottoirs pour faciliter les queues devant les commerces dont l’accès restera limité, séparer piétons et vélos, transformer la plupart des 2×2 voies en 2×1 voies, revoir le plan de circulation sur les autres voies structurantes pour garantir la continuité des itinéraires vélo et la distanciation auto-vélo, …) ont été accueillies avec intérêt par Brest Métropole, qui travaille déjà sur le sujet et souhaite accélérer la mise en œuvre du Schéma Directeur Vélo et plus généralement du Plan Climat. Toutefois BaPaV regrette que les aménagements temporaires ou expérimentaux proposés, bien que légers (la ville de Bogota a pu créer 100 km de voies cyclables en une nuit le 16 mars) ne puissent être mis en place dès avant le dé-confinement, le personnel de terrain étant en chômage partiel.

BaPaV prendra sa part dans la mise en œuvre de ce plan de dé-confinement en ajoutant à ses vélo-écoles des cours particuliers permettant d’assurer la distanciation sociale, et en ré-ouvrant dans quelques jours son atelier selon des modalités qui sont en cours d’élaboration.

Débat mobilités actives – Municipales 2020

Succès mercredi 19 février lors de la soirée ciné-débat sur les mobilités actives au cinéma Les Studios. Salle comble !

Nous remercions les candidat-es Bernadette Malgorn, Marc Coatanéa, Pierre-Yves Cadalen, Pascal Olivard, Ronan Pichon, Yohann Nédélec et Brest La liste citoyenne présent-es à la soirée. Merci également au cinéma Les Studios, Longueur d’Ondes, les vidéastes Sycophantes, Brest Métropole et les bénévoles. Merci à Olivier Schneider, président de la @FUB d’avoir animé le débat entre les candidat-es.

Pourquoi BaPaV a organisé cette soirée ciné-débat?
– Pour que les candidats s’engagent, et nous serons là pour s’assurer que ces engagements sont tenus.
– Pour faire parler des mobilités actives, pour montrer que c’est un sujet important.

Le vélo et la marche ont fini 2ème et 3ème du budget participatif, le vélo est un sujet dorénavant cher aux brestois.
La planète Terre elle-même nous a signalé son intérêt en tremblant durant le débat!

Nous étions plus de 200 personnes, nous avons du refuser du monde.

Nous produirons un document synthétique des engagements de chacun des candidats en faveur des mobilités actives.

A noter que les journalistes n’étaient pas là et que c’est bien dommage.

Vous retrouverez la retranscription audio du débat ici : http://oufipo.org/IMG/mp3/Brest2020_debatBAPAV.mp3 … et en vidéo sur https://www.youtube.com/watch?v=bRhH1x29Nds

Baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019

Brest constant dans la médiocrité. Les candidats aux municipales sont prévenus !

Grâce à la forte mobilisation des associations du réseau FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) dont « Brest à Pied et à Vélo » (BaPaV) fait partie, des collectivités et un relais inédit de la presse locale, la participation au baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019 a été très importante. Près de 185 000 réponses ont été enregistrées à l’échelle nationale, soit une progression de +63 % par rapport à l’édition 2017.

Outil participatif de mesure du ressenti des politiques cyclables locales, le baromètre devient ainsi l’enquête de ce type la plus massive dans le monde, alors qu’elle n’en est qu’à sa deuxième édition. Les enseignements de l’édition 2019 du baromètre Parlons vélo des villes cyclables sont sans aucune ambiguïté : les citoyens souhaitent un débat sérieux sur la solution vélo déplacement, partout en France.

Les résultats complets ici

Le vélo est un enjeu bien au-delà des coeurs des métropoles

L’édition 2019 fournit des données très précises sur la cyclabilité de 773 villes de France, soit 450 de plus qu’en 2017. Ainsi, la participation explose en dehors des métropoles : si Brest comptabilise 692 contributions, Plabennec, Landerneau, Kerhuon, Plougastel, Logonna, et bien d’autres font leur apparition dans le classement.

Une cartographie inédite et unique au monde des attentes citoyennes

Nouveauté de cette édition, le module cartographique permettait à chaque répondant.e d’indiquer les trois endroits les plus dangereux à vélo dans sa pratique personnelle (« points noirs ») et les « axes prioritaires », à aménager au plus vite. Le boulevard Gambetta et la place Albert 1er ont notamment été signalés comme étant particulièrement problématiques. Ils doivent être la priorité des aménagements du prochain mandat !

Brest reste scotché à la note « plutôt défavorable » de 2,96

La surprise n’est pas dans le fait que Brest récolte une note bien au dessous de la moyenne (seules 43 villes sur les 773 classées ont obtenu une note supérieure à la moyenne), Même Rennes, qui monte sur le podium des villes de plus de 200 000 habitants, n’atteint pas la moyenne. La surprise vient plutôt de l’absence totale d’évolution de cette note pendant les deux ans qui ont vu la nomination d’un nouvel élu en charge de la mobilité au discours volontariste et l’élaboration d’un Schéma Directeur Vélo qui se veut ambitieux.

Néanmoins 42 % des Brestois estiment que les conditions de circulation à vélo ont évolué positivement depuis deux ans, un chiffre comparable à celui des habitants des autres villes de même taille.

Points forts et points faibles à Brest

Malgré la note sévère accordée par les cyclistes, des points positifs ont été notés, d’ailleurs en très légère progression, au premier rang desquels la présence de magasins et d’ateliers de réparation vélo et les bonnes relations piétons-cyclistes. En revanche, les cyclistes ont été particulièrement critiques en ce qui concerne la sécurité pour les enfants et personnes âgées et la prise en compte des cyclistes pendant les travaux de voirie. Les réponses démontrent en tout cas une attente pour une politique cyclable cohérente, qui passe notamment par des aménagements sécurisés, des services de qualité, une lutte contre le vol et une systématisation de l’apprentissage du vélo.

Sur le pays de Brest

La meilleure note du pays de Brest est obtenue par Plouguerneau, qui rate d’un cheveu la moyenne, mais où les efforts de la commune et la perception de l’évolution sont jugées très positivement. La plus mauvaise note est celle de Plabennec, qui se paye de plus le luxe (?) d’une perception de l’évolution nettement négative. Mais ces premières notes dans le baromètre sont surtout des références qui permettront de juger la progression de ces communes lors de l’édition de 2021.

Convertir l’essai du plan vélo national à l’échelle locale

Les élections de mars 2020 constituent une chance exceptionnelle pour se saisir au niveau local du plan national vélo et des leviers de la Loi d’Orientation des Mobilités promulguée le 26 décembre 2019. La balle est désormais dans le camp des acteurs locaux, et les collectivités sont au premier rang. Nous attendons donc beaucoup des candidats aux élections municipales et métropolitaines pour proposer un projet concret, cohérent et ambitieux en faveur du vélo, et, sur Brest Métropole, financer le Schéma Directeur Vélo à un niveau permettant sa réalisation avant la fin du prochain mandat.

Evénements à venir

Pour entretenir la dynamique du vélo et convaincre les candidats aux municipales de proposer un projet de ville apaisée à Brest, BaPaV organisera le 19 février à 20 heures un ciné-débat (gratuit) aux Studios. Après la projection du film « Why we cycle » (2017) de  Arne Gielen et Gertjan Hulster, les listes défendront leurs réponses au questionnaire de BaPaV (à retrouver sur https://municipales2020.parlons-velo.fr/e/Brest%20(29200) ). La soirée sera animée par Olivier Schneider, président de la FUB. Seront présents, entre autres : Mikaël Cabon pour Marchons pour Brest, Pierre-Yves Cadalen pour Brest à Venir, Bernadette Malgorn pour Brest, c’est vous !, Yohann Nédélec pour Brest au Cœur, et Ronan Pichon pour Brest Ecologie Solidarités.

Les mobilités actives lauréates du budget participatif

Deux projets portant sur le vélo et la marche, « Brest vélo-cité » (présenté par Bapav) et « la Penfeld, l’artère verte de Brest », se placent dans les trois premiers lauréats du budget participatif. Ils ont respectivement obtenu les deuxième et troisième places, avec 923 et 816 voix. Ces votes démontrent clairement le souhait des habitants de Brest de se déplacer à vélo, et de posséder des infrastructures cyclables de qualité.

Les cyclistes, et les futurs cyclistes, remercient les brestoises et les brestois qui, en votant pour le vélo au quotidien, ont envoyé un signal fort aux futurs élus pour qu’ils financent le Schéma Directeur Vélo à la hauteur de ses ambitions. Notons que ces deux projets cumulés représentent un budget de 198 000 €, ce qui fait augmenter de 60 % le budget actuel de Brest dédié au vélo pour 2020, à savoir 360 000 €.
Bapav remercie de tout son cœur les bénévoles qui ont participé à la campagne, et bien sûr tous les votants !

Brest vélo-cité

Le projet présenté par BaPaV au budget participatif est dans la dernière ligne droite. Le vote final aura lieu du 16 au 30 janvier. Sur les 30 projets proposés au vote, au maximum trois projets de plus de 75 000 euros seront réalisés.

Le Projet “Brest vélo-cité” s’inscrit dans la création d’un “système vélo” à Brest. Par “système vélo” on entend un ensemble de conditions nécessaire au développement de ce mode de déplacement. Tout comme la voiture a eu besoin, non seulement de voies réservées, mais aussi de stationnements, de stations services, de garagistes, d’assureurs, d’auto-écoles, etc. le vélo a aussi besoin des équivalents de tous ces services.

BaPav assure aujourd’hui un service, encore limité, de vélo-école, ainsi qu’un atelier collaboratif dans la quartier de Saint Martin, et pousse Brest Métropole à développer voies cyclables et stationnements.

Par ce projet nous cherchons à introduire à Brest un nouvel élément du système vélo. A terme, nous aimerions voir pousser un peu partout des vélo-stations avec stationnement sécurisé, outils et pompe en libre service, consigne pour les casques et autre petit équipement, distributeur automatique de petits consommables (chambres à air, rustines, cables de frein, …), et pourquoi pas toilettes, douches, et même, quand nous serons assez nombreux pour le justifier, du personnel pour l’accueil et les réparations.

Aujourd’hui “Brest vélo-cité” propose de créer sur six centralités (place Guérin, place Sanquer, place Napoléon III, bourg de St Marc, place Daumier, place de la Porte) des stations composées de 5 consignes individuelles sécurisées de stationnement pour vélos, de 5 arceaux vélos, d’une carte grand format des itinéraires cyclables, d’une borne de petit outillage de réparation en libre-service incluant une pompe de gonflage, et de compléter le stationnement vélo sécurisé individuel de la gare par l’installation d’une carte grand format des itinéraires cyclables, d’une borne de petit outillage de réparation en libre-service incluant une pompe de gonflage, et de compléter les parcs relais de place de Strasbourg, Fort Montbarey, et porte de Plouzané (où Bibus prévoit d’installer des bornes de petit outillage), par une carte grand format des itinéraires cyclables.

Nous pouvons y arriver si les adhérents Brestois, leurs familles, leurs amis, les cyclistes non adhérents, les non-cyclistes qui aimeraient s’y mettre si les conditions étaient plus favorables, se mobilisent pour voter, en ligne ou dans les urnes des mairies de quartier et de la place de la Liberté, et faire voter en assurant des permanences autour des urnes.

Comme il sera possible de voter pour cinq projets, nous soutenons également les autres projets à pied ou à vélo comme “la Penfeld, l’artère verte de Brest” et “Des roses pour les piétons”.

Adhésions en ligne

Cette année vous pouvez adhérer ou ré-adhérer en ligne. BaPaV s’appuie sur le service HelloAsso, qui gère les adhésions, dons et billetteries pour de très nombreuses associations.

Propulsé par HelloAsso

Nous comptons sur vous. C’est le nombre de ses adhérents qui fait la crédibilité de BaPav auprès des collectivités.