Réponses des candidats aux municipales

Les élections municipales (et surtout communautaires) ont une importance essentielle sur les futures politiques de déplacements. C’est pourquoi Brest à Pied et à Vélo (BAPAV) a décidé d’apporter sa contribution sur le sujet. Celle-ci s’est traduite par la rédaction de deux “livres blancs” sur la marche et le vélo, dont les 7 principales propositions figurent sur un document de synthèse. Le but visé est de sensibiliser candidats et citoyens sur l’importance de faire de Bmo une métropole accessible à tous, à pied et à vélo.

Ces documents ont été diffusés à l’ensemble des candidats de Brest et de Bmo. 

Suite à ces courriers, des adhérents de BAPAV ont rencontré les représentants de 4 des 6 listes brestoises : Bernadette Malgorn – Avec Bernadette Malgorn au service de tous les brestois ; Alain Masson – Ensemble pour Brest, tenons le cap !; Quentin Marchand -Colère de Brest ! L’humain d’abord ; Laurent Prunier – Vous, nous, Brest.  

4 listes nous ont répondu par écrit : Agis pour Gouesnou ; Avec Bernadette Malgorn au service de tous les brestois ; Pour Guipavas ; Colère de Brest ! L’humain d’abord. Ci-dessous leurs réponses

Réponse de Dominique JAFFREDOU, tête de liste AGIS pour Gouesnou

Bonjour, 

 

Nous avons bien pris connaissance de votre lettre ouverte en date du 24 février 2014 adressée aux candidats aux élections municipales et communautaires des communes de BMO. Nous avons étudié avec intérêt votre liste de proposition pour le développement du vélo et de la marche sur le territoire de BMO. Nous vous remercions pour cette synthèse. Vos éléments sont véritablement intéressants et correspondent à notre façon de considérer la ville de demain. La politique de la mobilité sur Gouesnou et au sein du territoire de BMO est un élément majeur de notre campagne. Pendant plusieurs mois, nous avons travaillé sur ce sujet. Aujourd’hui, notamment au sein de notre axe “Gouesnou, ville durable”, nous avons développé plusieurs éléments sur la politique du transport : soutien au covoiturage (covoiturage spontané par exemple), soutien aux innovations en matière de transports (auto-partage, vélos électriques, etc.), développement des réseaux de pistes cyclables et des cheminements piétons, etc. Nous espérons qu’après le 23 mars, en cas de victoire sur notre commune, nous pourrons échanger avec vous et profiter de votre expertise et de votre connaissance du sujet.

 

Bien cordialement, 

Dominique JAFFREDOU, tête de liste AGIS pour Gouesnou ! (élections municipales et communautaires) et l’ensemble des membres de la liste AGIS pour Gouesnou !

Réponse de Emmanuel Morucci, Pour Guipavas

Bonjour

Merci pour votre courrier bien reçu. J’ai apporté une première réponse sur notre page Facebook. il conviendra de se rencontrer rapidement après les élections municipales et communautaires. Dans l’attente, recevez nos cordiales salutations.

Emmanuel Morucci, Pour Guipavas

Réponse de Bernadette Magorn “Avec Avec Bernadette Malgorn au service de tous les brestois”

Je vous remercie de l’intérêt que votre association porte à la campagne pour les élections municipales, et à ma candidature. Nous portons une attention toute particulière au plan de circulation dans la ville de Brest, car c’est un élément fondamental pour l’équilibre entre le bien vivre à Brest et le dynamisme économique ou culturel de la ville. Il est important de trouver une place pour chaque mode de transport, et de veiller à la sécurité et à la tranquillité de nos concitoyens en tous lieux et en toutes circonstances. Nous reverrons donc le plan de circulation actuel, pour une plus grande fluidité. Nous favoriserons les cheminements des piétons en consacrant une attention particulière à l’entretien et l’adaptation des trottoirs. Les passages piétons seront protégés par une réduction de la vitesse et un éclairage adéquat. Des aménagements seront réalisés pour faciliter le déplacement des personnes âgées et des handicapés, en veillant, par exemple, à ce que des poubelles n’entravent pas abusivement leur déplacement. Nous mettrons en valeur et améliorerons la signalisation de la ligne verte traversant Brest. Sans oublier les sentiers côtiers. L’actualisation du schéma directeur « vélo » nous permettra aussi de poursuivre et développer les zones réservées aux cyclistes, et de renforcer la sécurité des cyclistes dans le partage de la voirie, qui exige des parcours clairement balisés, le plus continus possible, et dissociés des zones piétonnes. Soyez assurés que la circulation harmonieuse et sécurisée des piétons et des cyclistes restera une priorité à nos yeux, et que nous veillerons à développer des conditions favorables à ces modes de transport. Bien cordialement, et en vous remerciant de l’attitude citoyenne de votre association et de son engagement pour Brest, Bernadette Malgorn Candidate à la mairie de Brest.

Réponse de Christine Panaget-Le Roy et Quentin Marchand “Colère de Brest!L’humain d’abord!”

En réponse à vos propositions, la liste « Colère de Brest ! L’humain d’abord » propose deux axes et une méthode pour rendre la ville pleinement accessible à tous. Toutefois en préambule vous soulignez que Brest est une métropole et qu’il faut améliorer son rayonnement et son attractivité.

Nous nous opposons à la métropolisation de Brest. Celle-ci pousse à la concurrence entre les territoires, c’est d’ailleurs le sens de l’attractivité, en vidant de leurs pouvoirs, leurs équipements et au final de leurs habitants les villes alentours. Face à cette logique de concurrence et de concentration des pouvoirs nous prônons la coopération et le bien-vivre accessible à tous. Avec la métropolisation ceci ne sera pas possible, Brest concentrera l’activité, les services, les pouvoirs,…Les personnes seront donc tenues de s’y rendre en voiture, et donc de privilégier ce mode de transport dans la ville. La proximité vaut pour toutes les villes, petites ou grandes.

Les transports en commun

Nous donnerons la priorité absolue aux transports en commun. Le premier acte de cette politique est la gratuité de ce service public, ce qui relève de l’intérêt général. La gratuité permet l’accès de tous aux transports en commun, elle offre une alternative au « tout voiture », elle réduit les émissions de gaz à effet de serre par personne et kilomètres, elle améliore la fluidité du trafic et permet aussi de réaménager l’espace urbain au profit des autres modes de déplacement. La gratuité des transports en commun doit s’accompagner d’une intensification du réseau pour mieux desservir les quartiers, de la mise en circulation de bus en site propre à haut niveau de service et proposer des parking-relais à l’entrée de la ville. Les transports en commun doivent aussi être pensés en complément des autres modes de déplacements. Tout comme nous proposons des parking-relais à l’entrée de la ville, les transports en commun doivent se combiner avec les moyens de déplacement doux comme le vélo ou la marche à pied. Par cette mesure nous souhaitons repenser intégralement les modes de déplacement au sein de la ville. D’où la nécessité d’offrir une réelle alternative à toute la population (famille avec enfants, personnes à mobilité réduite, salariés, étudiants,… ), quelque soit la météo, y compris pour les longs trajets.

Recréer de la proximité dans les quartiers

Les différents quartiers de Brest se sont petit à petit vidés au profit du centre et surtout des zones d’activités commerciales. Il est nécessaire de redonner de la vie dans ces quartiers, de faire qu’ils redeviennent le premier lieu de consommation et d’activité des habitants. Nous souhaitons user du droit de préemption, dont la mairie dispose, sur l’immobilier pour permettre l’installation de commerçants ou d’artisans, mais également créer des centres de santé municipaux, des maisons des associations disposant de moyens propres et mutualisés, des ateliers d’échange de savoir et savoir-faire, notamment pour réparer ou recycler les biens. Il nous semble essentiel que les biens et services soient accessibles au plus près des habitants. Faire des quartiers de lieux de vie nécessite aussi de repenser les déplacements à l’intérieur de ceux-ci et les liaisons avec les autres. L’aménagement de l’espace urbain est essentiel à la réappropriation du quartier par ses habitants et au bien-vivre. Nous souhaitons réduire la pollution publicitaire qui défigure l’espace public et remettre de la verdure dans les rues, rendre les rues conviviales avec des lieux de rencontre ou de repos. Nous n’accepterons pas non plus que certains soient exclus de la ville, des commerces ou équipements du fait de leur handicap, nous proposons un plan de mise aux normes. La réappropriation des quartiers par les habitants nous amène aussi à réfléchir aux moyens d’expression artistique et leurs places dans la cité. La ville ne doit pas s’opposer aux espaces verts, aux zones vertes et naturelles. Bien vivre en ville, c’est aussipouvoir profiter de petits coins de campagne, pour des promenade, pour des jardins partagés ou simplement la découverte de la nature. Nous refuserons donc l’étalement urbain, les vallées du Restic et du Costour doivent être préservées. Aujourd’hui le déplacement des piétons est souvent entravé par des trottoirs peu accessibles, peu agréables et encombrés (poubelles, panneaux de signalisation,…). Le déplacement en ville, et donc l’aménagement urbain, est pensé pour les voitures, les piétons sont relégués en bordure et les cyclistes considérés comme des utilisateurs secondaires de la chaussée. En donnant la priorité aux transports en commun pour les déplacements, c’est à dire en créant une alternative concrète au « tout voiture », nous proposons de nous donner les moyens de réaménager l’espace urbain avec les habitants.

La démocratie

Nous n’avons pas défini un plan détaillé, notre démarche est avant tout d’associer les citoyens aux décisions de la municipalité. Nous refondrons les conseils de quartier pour réellement y associer les habitants et les doterons de moyens propres, dans le même esprit nous créerons des assemblées populaires pour débattre des projets structurants et des orientations de la ville. La participation des habitants permet d’élargir la réflexion et intégrer des points de vue qui souvent échappent aux techniciens. Nous ne souhaitons pas penser les déplacements seulement en terme de flux, ils ont une dimension bien plus large, et posent les questions de la rencontre et des échanges, mais aussi de la différence entre les temps courts, pour les déplacements purement utilitariste et fonctionnel, et les temps longs pour les déplacements de loisirs, de détente ou de rencontre sociale ouverts sur l’extérieur. L’implication des citoyens est essentiel pour repenser l’aménagement urbain et les mode de déplacements dans les quartiers et dans la ville. Nous reconnaissons la grande valeur de l’action associative au niveau de la démocratie, en ce que celle-ci permet de créer du collectif, des échanges et des réflexions sur un grand nombre de thèmes. De plus, elle dispose d’un niveau d’expertise souvent élevé et d’un regard critique sur la société. Les associations ont donc toute leur place dans le débat public. A travers ces deux axes et la méthode démocratique évoqués ici ainsi que par le reste de notre programme nous initions une rupture avec la société de consommation. Celle-ci ne laisse que peu de place à la rencontre et semble compresser le temps et l’espace dans lequel nous vivons, au détriment d’un véritable bien-vivre. Nous souhaitons pouvoir vous rencontrer pour échanger sur nos projets.

Christine Panaget-Le Roy & Quentin Marchand,pour «Colère de Brest!L’humain d’abord »

Réponse d’Alain Masson, Ensemble pour Brest, tenons le cap”

Toutes les mobilités ont droit de cité à Brest. L’arrivée du tram a transformé la ville. Il a aussi, par l’introduction de 1,5 km de voie piétonne, modifié nos habitudes d’usage de l’espace public, cet espace qui nous est commun!D’une organisation de la cité autour de la voiture, héritage des années 70, nous sommes passés à un usage partagé de cet espace public et à une montée en puissance continue du transport en commun. Nul mode de transport ne doit être exclu. L’organisation de notre espace public doit prendre en compte tous les modes de déplacements qu’ils soient actifs, motorisés et en communs. Il doit aussi permettre à tous de se déplacer en toute sérénité. Une ville attractive doit se préoccuper de l’emploi, du logement, des loisirs, mais aussi de sa qualité de vie. Prendre en compte toutes les mobilités participe à cette attractivité. Il faut poursuivre le travail engagé avec les associations, dont la vôtre, les habitants à travers les CCQ, mais aussi avec les usagers dont les piétons et cyclistes, les personnes valides et les personnes handicapées. Le Plan de Déplacements Urbains du Plan Local d’Urbanisme facteur 4 démontre notre engagement et notre volonté forte dans le développement des modes actifs de mobilité. Un schéma vélo existe. Ce schéma doit vivre et s’enrichir par des retours réguliers vers les différents partenaires. Notre engagement se veut durable et collaboratif. Il doit ainsi permettre d’assurer la transversalité nécessaire à toute politique publique. C’est dans cet esprit que l’équipe conduite par François Cuillandre “Ensemble pour Brest, tenons le cap” entend poursuivre le travail engagé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *