Baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019

Brest constant dans la médiocrité. Les candidats aux municipales sont prévenus !

Grâce à la forte mobilisation des associations du réseau FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) dont « Brest à Pied et à Vélo » (BaPaV) fait partie, des collectivités et un relais inédit de la presse locale, la participation au baromètre Parlons vélo des villes cyclables 2019 a été très importante. Près de 185 000 réponses ont été enregistrées à l’échelle nationale, soit une progression de +63 % par rapport à l’édition 2017.

Outil participatif de mesure du ressenti des politiques cyclables locales, le baromètre devient ainsi l’enquête de ce type la plus massive dans le monde, alors qu’elle n’en est qu’à sa deuxième édition. Les enseignements de l’édition 2019 du baromètre Parlons vélo des villes cyclables sont sans aucune ambiguïté : les citoyens souhaitent un débat sérieux sur la solution vélo déplacement, partout en France.

Les résultats complets ici

Le vélo est un enjeu bien au-delà des coeurs des métropoles

L’édition 2019 fournit des données très précises sur la cyclabilité de 773 villes de France, soit 450 de plus qu’en 2017. Ainsi, la participation explose en dehors des métropoles : si Brest comptabilise 692 contributions, Plabennec, Landerneau, Kerhuon, Plougastel, Logonna, et bien d’autres font leur apparition dans le classement.

Une cartographie inédite et unique au monde des attentes citoyennes

Nouveauté de cette édition, le module cartographique permettait à chaque répondant.e d’indiquer les trois endroits les plus dangereux à vélo dans sa pratique personnelle (« points noirs ») et les « axes prioritaires », à aménager au plus vite. Le boulevard Gambetta et la place Albert 1er ont notamment été signalés comme étant particulièrement problématiques. Ils doivent être la priorité des aménagements du prochain mandat !

Brest reste scotché à la note « plutôt défavorable » de 2,96

La surprise n’est pas dans le fait que Brest récolte une note bien au dessous de la moyenne (seules 43 villes sur les 773 classées ont obtenu une note supérieure à la moyenne), Même Rennes, qui monte sur le podium des villes de plus de 200 000 habitants, n’atteint pas la moyenne. La surprise vient plutôt de l’absence totale d’évolution de cette note pendant les deux ans qui ont vu la nomination d’un nouvel élu en charge de la mobilité au discours volontariste et l’élaboration d’un Schéma Directeur Vélo qui se veut ambitieux.

Néanmoins 42 % des Brestois estiment que les conditions de circulation à vélo ont évolué positivement depuis deux ans, un chiffre comparable à celui des habitants des autres villes de même taille.

Points forts et points faibles à Brest

Malgré la note sévère accordée par les cyclistes, des points positifs ont été notés, d’ailleurs en très légère progression, au premier rang desquels la présence de magasins et d’ateliers de réparation vélo et les bonnes relations piétons-cyclistes. En revanche, les cyclistes ont été particulièrement critiques en ce qui concerne la sécurité pour les enfants et personnes âgées et la prise en compte des cyclistes pendant les travaux de voirie. Les réponses démontrent en tout cas une attente pour une politique cyclable cohérente, qui passe notamment par des aménagements sécurisés, des services de qualité, une lutte contre le vol et une systématisation de l’apprentissage du vélo.

Sur le pays de Brest

La meilleure note du pays de Brest est obtenue par Plouguerneau, qui rate d’un cheveu la moyenne, mais où les efforts de la commune et la perception de l’évolution sont jugées très positivement. La plus mauvaise note est celle de Plabennec, qui se paye de plus le luxe (?) d’une perception de l’évolution nettement négative. Mais ces premières notes dans le baromètre sont surtout des références qui permettront de juger la progression de ces communes lors de l’édition de 2021.

Convertir l’essai du plan vélo national à l’échelle locale

Les élections de mars 2020 constituent une chance exceptionnelle pour se saisir au niveau local du plan national vélo et des leviers de la Loi d’Orientation des Mobilités promulguée le 26 décembre 2019. La balle est désormais dans le camp des acteurs locaux, et les collectivités sont au premier rang. Nous attendons donc beaucoup des candidats aux élections municipales et métropolitaines pour proposer un projet concret, cohérent et ambitieux en faveur du vélo, et, sur Brest Métropole, financer le Schéma Directeur Vélo à un niveau permettant sa réalisation avant la fin du prochain mandat.

Evénements à venir

Pour entretenir la dynamique du vélo et convaincre les candidats aux municipales de proposer un projet de ville apaisée à Brest, BaPaV organisera le 19 février à 20 heures un ciné-débat (gratuit) aux Studios. Après la projection du film « Why we cycle » (2017) de  Arne Gielen et Gertjan Hulster, les listes défendront leurs réponses au questionnaire de BaPaV (à retrouver sur https://municipales2020.parlons-velo.fr/e/Brest%20(29200) ). La soirée sera animée par Olivier Schneider, président de la FUB. Seront présents, entre autres : Mikaël Cabon pour Marchons pour Brest, Pierre-Yves Cadalen pour Brest à Venir, Bernadette Malgorn pour Brest, c’est vous !, Yohann Nédélec pour Brest au Cœur, et Ronan Pichon pour Brest Ecologie Solidarités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *